Coupe du monde de football 2022

22e édition de la Coupe du monde de football

Encyclopédie Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre

Coupe du monde de football 2022
Description de l'image 2022 FIFA World Cup.svg.
Généralités
Sport Football
Organisateur(s) FIFA
Éditions 22e
Lieu(x) Drapeau du Qatar Qatar
Date du
au
Participants 32 équipes
210 en phases qualificatives
Épreuves 64 rencontres
Site(s) 8 stades
Site web officiel Site officiel
Palmarès
Tenant du titre France (2)
Buts 97 (1,51 par match) (en cours)
Averti Cartons jaunes 132 (2,06 par match) (en cours)
Red card.svg Cartons rouges 2 (0,03 par match) (en cours)
Meilleur(s) buteur(s) 3 (en cours) :
Enner Valencia
Kylian Mbappé
Cody Gakpo
Marcus Rashford

Navigation

La Coupe du monde de football 2022 est la 22e édition de la Coupe du monde de football, compétition organisée par la FIFA et qui réunit les meilleures sélections nationales masculines. Elle se déroule au Qatar du au [1], jour de la fête nationale du Qatar et une semaine avant Noël, avec une estimation du marché télévisuel potentiel à 3,2 milliards de téléspectateurs. La période inédite à laquelle a lieu le tournoi est liée au climat du Qatar et aux trop fortes chaleurs y régnant, particulièrement aux mois où se déroule habituellement la compétition : juin et juillet.

La présence du Qatar, qualifié d'office en tant que pays hôte de la compétition, perpétue la tradition des équipes faisant leur apparition pour la première fois dans l'histoire de la Coupe du monde, même s'il s'agit de la première fois qu'aucune nouvelle nation ne se qualifie sur le terrain. Dépourvu d'infrastructures sportives adaptées, l'État qatari doit engager de grands chantiers de construction qui soulèvent de fortes critiques. Plus de 37 ouvriers étrangers trouvent la mort sur les chantiers du Mondial 2022 selon les sources gouvernementales, un chiffre que de nombreuses organisations et journalistes estiment fortement sous-évalué avec un nombre allant jusqu'à 6 500 morts[2].

La Coupe du monde de 2022 est la septième et dernière édition du Mondial à compter 32 participants (depuis 1998). Qualifiée avec brio, l'équipe du Brésil poursuit sa série en étant la seule sélection à avoir pris part à toutes les phases finales. Outre l'équipe brésilienne cinq fois titrée, tous les champions du monde, sauf l'Italie éliminée en barrages face à la Macédoine du Nord, ont décroché leur place : Allemagne, Angleterre, Espagne, France (tenante du titre), Argentine et Uruguay. La Russie, engagée dans les barrages, est exclue de la compétition par la FIFA à la suite de l'invasion de l'Ukraine par le pays.

Le tirage au sort des poules du premier tour de la phase finale a eu lieu le à Doha.

Préparation de l'évènement

Désignation du pays organisateur et suspicion de corruption

Logo de la candidature du Qatar.

Cinq pays étaient candidats pour l'organisation de la Coupe du monde 2022 : l'Australie, le Japon, le Qatar, la Corée du Sud et les États-Unis.

Le Qatar est officiellement désigné comme pays hôte le . En choisissant ce petit pays du Moyen-Orient, la FIFA continue à varier la géographie des pays organisateurs, après avoir opté pour l'Asie en 2002 (Japon-Corée du Sud), l'Europe en 2006 (Allemagne), l'Afrique en 2010 (Afrique du Sud), l'Amérique du Sud en 2014 (Brésil), puis à nouveau l'Europe et l'Asie en 2018 (Russie).

État pétrolier, mais surtout premier exportateur mondial de gaz naturel liquéfié, l'émirat a tout misé sur sa puissance financière et son positionnement géographique, au centre d'un marché télévisuel qu'il estime à près de 3,2 milliards de téléspectateurs.

Nombre de voix[3]
Fédération Tour 1 Tour 2 Tour 3 Tour 4
Drapeau du Qatar Qatar 11 10 11 14
Drapeau des États-Unis États-Unis 3 5 6 8
Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud 4 5 5 -
Drapeau du Japon Japon 3 2 - -
Drapeau de l'Australie Australie 1 - - -
Total 22 22 22 22
Légende :
  • Victoire
  • Élimination

Une enquête est ouverte par la FIFA sur les conditions d'attribution des Mondiaux 2018 en Russie et 2022 au Qatar à la suite des accusations de corruption des membres de la Fédération qui ont voté le pour le Qatar et la Russie[4]. Le , au lendemain de l'attribution de la compétition au Qatar, des accusations de corruption sont lancées par le Sunday Times puis par la BBC. The Sun fait sa une en affichant « Truqué ! », The Times écrit quant à lui que « le système de désignation des pays hôtes de la Coupe du monde est atrocement corrompu. »

En , le président de la CONCACAF, Jack Warner, et le président de l'AFC, le Qatarien Mohammed Bin Hammam, sont arrêtés à la suite des déclarations à la justice américaine de Chuck Blazer, secrétaire général de la CONCACAF. Warner est accusé d'avoir organisé, à la demande de Bin Hammam, une réunion avec les autres membres de la CONCACAF, au cours de laquelle Bin Hammam aurait donné 40 000 dollars en l'échange de leur voix lors de l'élection du futur président de la FIFA. C'est à la suite de cette affaire que le FBI va enquêter sur les affaires de corruption à la FIFA et donc sur l'attribution de l'organisation de la Coupe du Monde 2022[5].

Ce choix du Qatar a été vivement critiqué, notamment par le président américain Barack Obama, indiquant que c'est une « mauvaise décision »[6]. L'État du Qatar est aussi le pays organisateur le moins peuplé à ce jour, après l'Uruguay en 1930[7]. De plus, il n'a jamais participé à une Coupe du monde de football et est classé 101e au classement FIFA de . Bien qu'ayant vocation à être démontés à la fin de la compétition et remontés dans des pays en développement, les stades sont aussi sujet à controverse à cause de leur impact environnemental. Ils seront en effet totalement fermés et climatisés, la température moyenne au Qatar pouvant atteindre les 50 °C en été. Les critiques de corruption justifiant le choix qatarien se répandent dans la presse dès 2010[8]. L'Américaine Pheadra Almajid, qui était attachée de presse du comité de candidature qatarien, affirme que le président du comité qatarien a versé à trois membres africains du comité exécutif de la FIFA (chargé de l'attribution de l'organisation de la Coupe du Monde) 1,5 million de dollars chacun, en échange de leurs votes pour la candidature du Qatar, lors du congrès de la CAF en [5]. Ce congrès aurait de plus été financé, à hauteur de 1,8 million de dollars, par le comité de candidature qatarien, selon le rapport Garcia publié en 2014[5].

En , la polémique rebondit en France avec la publication dans le bi-hebdomadaire France Football d'une enquête intitulée « Qatargate »[9] reprenant les propos de Guido Tognoni comparant la FIFA à « une petite mafia »[10]. Le journaliste Eric Champel, qui a suivi l'affaire pour France Football, pointe les failles du système et déclare que « l'éthique a été plusieurs fois bafouée par le Qatar dans la façon dont il a obtenu la Coupe du Monde 2022 »[5]. En , dans une interview accordée à la télévision suisse, Sepp Blatter reconnaît que le fait d'avoir accordé au Qatar l'organisation du Mondial 2022 était une erreur en précisant que « c'était la volonté politique, aussi bien en France, qu'en Allemagne. […] De grandes entreprises françaises et allemandes interviennent au Qatar, vous savez[11]. »

En 2013, l'hebdomadaire France Football et le mensuel So Foot évoquent une réunion secrète à l'Élysée qui aurait été organisée le , soit une dizaine de jours avant le vote de la FIFA, entre Nicolas Sarkozy, alors président de la République, Tamim ben Hamad Al Thani, prince du Qatar, Michel Platini, président de l'UEFA, et Sébastien Bazin, représentant de Colony Capital, alors propriétaire du Paris Saint-Germain[12]. Le cheikh Hamad Ben Jassem, Premier ministre et ministre des Affaires étrangères, Claude Guéant, secrétaire général de l'Élysée, et Sophie Dion, conseillère de Nicolas Sarkozy chargée des sports, font également partie des protagonistes de ce déjeuner selon la justice française[13]. Le journal France Football écrit :

« Au cours de cette réunion, il a tour à tour été question du rachat du Paris Saint-Germain par les Qatariens (devenu effectif en juin 2011[14]), d'une montée de leur actionnariat au sein du groupe Lagardère, de la création d'une chaîne de sport (la future BeIn Sports) pour concurrencer Canal+ - que Sarkozy voulait fragiliser -, le tout en échange d'une promesse : que Platini (président de l'UEFA) ne donne pas sa voix aux États-Unis, comme il l'avait envisagé, mais au Qatar[4]. »

Sepp Blatter, président du comité d'éthique sur les conditions d'attribution, déclare à l'hebdomadaire allemand Die Zeit :

« Des chefs de gouvernement européens ont conseillé à leurs membres qui pouvaient voter de se prononcer pour le Qatar, parce qu'ils étaient liés à ce pays par des intérêts économiques importants[15]. »

Il accuse en particulier le gouvernement français. Il évoque « un arrangement diplomatique » qui aurait dû aboutir à l'attribution des éditions 2018 et 2022 à la Russie et aux États-Unis. Selon lui, « l'interférence gouvernementale de [Nicolas] Sarkozy » aurait annulé cet arrangement. Nicolas Sarkozy a nié être intervenu dans ce processus[13].

Michel Platini démentira certaines informations, et en minimisera d'autres. On évoque également des tensions entre Sepp Blatter et Michel Platini, tous deux candidats probables au poste de président de la FIFA en 2015[16].

Fin 2013, le quotidien L'Équipe affirme que la FIFA pourrait retirer l'organisation du mondial au Qatar, pour la confier finalement aux États-Unis[17] sans refaire un nouveau vote, ce qui enfreindrait le règlement de la FIFA qui stipule que si un membre votant est corrompu, alors les attributions des deux coupes du monde 2018 et 2022 devront être remises en cause puisque les mêmes membres ont voté pour l'attribution des coupes du monde 2018 et 2022.

En , le Sunday Times précise être en possession de milliers d'emails et d'autres documents qui attestent des versements d'argent présumés effectués par le Qatarien Mohammed Bin Hammam, alors membre du Comité exécutif de la Fifa et radié à vie en 2012 pour corruption[18]. Ce que ce dernier dément, parlant lui de simples cadeaux tel que des montres de luxe.

Michael J. Garcia (en), ancien procureur fédéral américain nommé en à la tête de la chambre d'instruction de la Commission d'éthique de la FIFA, est chargé d'enquêter sur l'attribution des Coupes du monde 2018 et 2022. En , le juriste Hans-Joachim Eckert (de), président de la chambre de jugement de la Commission d'éthique, relève dans le rapport Garcia des « comportements douteux » mais pas de quoi remettre en cause le processus d'attribution du Mondial au Qatar. Garcia qui voulait voir son rapport publié dans son intégralité, dénonce une présentation « erronée et incomplète » de son enquête et fait appel. En , l'appel de Garcia est rejeté, il démissionne[19].

En , le Conseil de l'Europe demande à la FIFA la désignation d'un nouveau pays hôte pour la compétition[20].

En , le média mexicain Record estime que la FIFA pourrait retirer l'organisation du Mondial au Qatar en raison des répercussions potentielles de la crise diplomatique de entre l'émirat et ses voisins[21].

Dans le cadre de l'enquête menée par le Parquet national financier sur « des faits présumés de corruption active et passive de personne n’exerçant pas de fonction publique » à l'occasion de l'attribution de cette Coupe du monde, Michel Platini et Sophie Dion sont placés en garde à vue le [13] tandis que l'ancien secrétaire général de l’Élysée sous la présidence Sarkozy, Claude Guéant, est auditionné sous le statut de « suspect libre »[22].

Le format en question

En 2018, la FIFA envisage la possibilité d'anticiper le passage du tournoi à 48 équipes prévu pour 2026 et de l'appliquer en 2022[23],[24]. Mais elle renonce à cette idée dès le printemps 2019 en raison de trop grandes difficultés à surmonter pour modifier et adapter une organisation initialement prévue pour accueillir 32 équipes et non 48[25].

Logo de la Coupe du monde 2022

Le logo officiel de la compétition est révélé par la FIFA le . Le design « incarne les valeurs d'un événement qui connecte et unit le monde entier, en plus de rassembler des éléments qui évoquent la culture arabe et le football. Les ondulations de l'emblème font allusion aux dunes des déserts de sable si caractéristiques du pays hôte, tandis que sa forme est à la fois celle du chiffre huit — comme le nombre d'enceintes magnifiques qui accueilleront la compétition — et celle du symbole de l'infini, qui vient souligner les innombrables interconnexions qu'implique la compétition. »[26].

Ballon officiel

Le , Adidas et la FIFA dévoilent le ballon de la compétition qui se nomme Al Rihla[27]. D'après la FIFA, « Al Rihla, qui signifie « le voyage » en arabe, tire son inspiration de la culture, de l’architecture, des bateaux traditionnels et du drapeau du Qatar. Le dynamisme et la vivacité des couleurs sur fond perlé est à l’image du pays hôte de la Coupe du Monde et de la vitesse croissante du football ».

Mascotte

La mascotte officielle de la compétition est dévoilée le  : il s'agit d'un keffieh (coiffe traditionnelle arabe) se nommant « La'eeb » (ce qui signifie « joueur super talentueux »)[28].

Musique officielle

Le premier hymne officiel de la compétition est Hayya Hayya (Better Together), composée par Davido, chanteur nigérian, Aisha et Trinidad Cardona, chanteur R&B américain. L'hymne a été dévoilé lors de la cérémonie du tirage au sort de la compétition. Un second hymne officiel est dévoilé en août 2022, Arhbo, interprété en duo par Gims et Ozuna.

Bénévoles

Itinéraire des supporteurs

Afin de pouvoir accueillir l'ensemble des supporters et touristes durant l'évènement, le Qatar a conclu un accord avec la compagnie MSC Croisières pour disposer de trois paquebots sur le port de Doha. Avec le MSC Opera, le MSC Poesia et le MSC World Europa, plus gros paquebot d'Europe, le port accueillera plus de 11 500 supporters[29].

Villes et stades

Afin de lutter contre les températures extrêmes de la région, le Qatar a développé un système novateur de climatisation dans les stades, lequel fait néanmoins l'objet de critiques quant à sa consommation énergétique[30].

Il a construit six nouveaux stades et modernisé deux autres dans le cadre d'un budget d'investissement de 4 milliards de dollars[31].

La finale de la compétition aura lieu au stade de Lusail.

Cérémonie d'avant match au Stade Ahmad-ben-Ali.

Le stade Al-Bayt est situé à Al-Khor, à cinquante kilomètres au nord de Doha. Il est doté d'une capacité totale de 45 330 places, dont 19 830 faisant partie d'un niveau supérieur modulaire et temporaire. Le stade Al-Janoub situé à Al Wakrah, dans le sud du Qatar, a une capacité totale de 45 120 places. Il contient au niveau supérieur, une tribune temporaire de 25 500 places. Le stade est entouré par de grands panneaux solaires et décoré d'art islamique.

Les stades Al-Wakrah et Al-Khor auraient été construits même si la Coupe du monde n'avait pas été attribuée au Qatar. Cependant, les tribunes temporaires des niveaux supérieurs, non prévues initialement, sont ajoutées afin d'accueillir davantage de spectateurs lors du tournoi. Les travaux du stade Al-Wakrah sont achevés en 2018[32].

La rénovation du stade international de Khalifa se termine en [33].

En , le comité propose la construction d'un stade démontable, transportable et réutilisable, le stade 974, le premier dans l'histoire d'une Coupe du Monde. Il est construit près de Doha et inauguré en 2021, à base de containers modifiés et d'autres matériaux réutilisés. Le stade est capable d'accueillir 40 000 personnes sur une superficie totale de 450 000 m2[34].

La distance maximum entre les stades est de 50 kilomètres[35].

Lusail Doha
Stade de Lusail[36]
(nouveau stade)
Stade 974
(nouveau stade)
Stade international de Khalifa[37]
(stade rénové)
Stade Al-Thumama[38]
(nouveau stade)
Capacité : 80 000[39] Capacité : 40 000[40] Capacité : 40 000[41] Capacité : 40 000[42]
17 11 2021 - Visita ao Estádio Lusail (51688281025).jpg CG rendering of Ras Abu Aboud Stadium crop.jpg Khalifa Intl. Stadium.jpg HK 中環 Central 租庇利街 Jubilee Street 中環街市 Central Market mall sign 足球世界杯 FIFA World Football Cup 模型 展覽 exhibition 足球場館 stadiums November 2022 Px3 10.jpg
Villes hôtes Aire urbaine de Doha
Al-Khor Al-Rayyan Al-Wakrah
Stade Al-Bayt[43]
(nouveau stade)
Stade Ahmad-ben-Ali
(stade rénové)
Stade Education City[44]
(nouveau stade)
Stade Al-Janoub[45]
(nouveau stade)
Capacité : 60 000[46] Capacité : 40 000[47] Capacité : 40 000[48] Capacité : 40 000[49]
Al Bayt Stadium.jpg Ahmed bin Ali stadium.jpg 2022 FIFA World Cup Korea Uruguay 01.jpg 28 10 2019 Visita ao estádio de futebol Al Janoub (48977932316).jpg

Affluences

Stades

Stade Ville Capacité[50] Matchs
joués
Nombre
de spectateurs
Moyenne
affluences
par match
Taux de
remplissage
moyen par match
Buts
marqués
Moyenne
de buts marqués
par match
Stade Ahmad-ben-Ali Al Rayyan 45 032 4 166 204 41 551 92.27% 6 1.50
Stade Al-Bayt Al-Khor 68 895 5 330 921 66 184 96.07% 6 1.20
Stade Al-Janoub Al Wakrah 44 325 4 161 576 40 394 91.13% 13 3.25
Al Thumama Stadium Doha 44 400 4 167 269 41 817 94.18% 15 3.75
Education City Stadium Al Rayyan 44 667 4 172 830 43 208 96.73% 7 1.75
Stade international de Khalifa Al Rayyan 45 857 5 221 718 44 344 96.70% 21 4.20
Lusail Iconic Stadium Lusail 88 966 4 353 749 88 437 99.41% 9 2.25
Stadium 974 Doha 44 089 4 168 540 42 135 95.57% 9 2.25
Total 3 523 229 34 1 742 807 51 259 95.78% 86 2.53

Rencontres

Le match Argentine-Mexique au stade Lusail a attiré 88 966 spectateurs, soit la plus grande foule à assister à un match de Coupe du monde depuis la Finale de la Coupe du monde de la FIFA 1994, 28 ans plus tôt, lorsque 91 194 personnes avaient assisté au match Brésil-Italie au stade Rose Bowl.[51]

Classement Affluence Match Stade Ville Date Ref.
1 88 966 Argentine Mexique Lusail Iconic Stadium Lusail 26 novembre 2022 [52]
2 88 668 Portugal Uruguay 28 novembre 2022 [53]
3 88 103 Brésil Serbie 24 novembre 2022 [54]
4 88 012 Argentine Arabie saoudite 22 novembre 2022 [55]
5 68 895 Espagne Allemagne Stade Al-Bayt Al-Khor 27 novembre 2022 [56]
6 68 463 Angleterre États-Unis 25 novembre 2022 [57]
7 67 372 Qatar Équateur 20 novembre 2022 [58]
8 59 407 Maroc Croatie 23 novembre 2022 [59]
9 45 334 Angleterre Iran Stade international de Khalifa Al Rayyan 21 novembre 2022 [60]
10 44 833 Pays-Bas Équateur 25 novembre 2022 [61]

Acteurs de la Coupe du monde

Arbitres

Le , le comité des arbitres de la FIFA publie le choix des 36 arbitres, 69 arbitres assistants et 24 arbitres vidéo[63]. Pour la première fois dans l'histoire de la Coupe du monde, six seront des femmes :

Confédération Arbitres Arbitres assistants Arbitres vidéo
AFC Abdulrahman Al-Jassim
Chris Beath
Alireza Faghani
Ma Ning
Mohammed Abdulla Hassan Mohamed
Yoshimi Yamashita
Mohammadreza Abolfazli
Taleb Al-Marri
Mohamed Alhammadi
Hasan Almahri
Saoud Ahmed Almaqaleh
Ashley Beecham
Yi Cao
Mohammadreza Mansouri
Anton Shchetinin
Xiang Shi
Abdulla Al-Marri
Muhammad Bin Jahari
Shaun Evans
CAF Bakary Gassama
Mustapha Ghorbal
Victor Gomes
Salima Mukansanga
Maguette N'Diaye
Janny Sikazwe
Mahmoud Abouelregal
Djibril Camara
Gerson Dos Santos
Abdelhak Etchiali
Mokrane Gourari
Arsenio Marengule
Elvis Noupue
Souru Phatsoane
El Hadji Samba
Zakhele Siwela
Rédouane Jiyed
Adil Zourak
OFC Matthew Conger Tevita Makasini
Mark Rule
Aucun arbitre
CONCACAF Iván Barton
Ismail Elfath
Mario Escobar
Said Martínez (en)
César Arturo Ramos
Kyle Atkins
Karen Diaz Medina
Raymundo Helpys
Miguel Hernández
Walter López
Juan Carlos Mora
David Moran
Alberto Morin
Kathryn Nesbitt
Corey Parker
Caleb Wales
Zachari Zeegelaar
Drew Fischer
Fernando Guerrero Ramírez
Armando Villarreal
CONMEBOL Raphael Claus
Andrés Matonte (en)
Kevin Ortega
Fernando Rapallini (en)
Wilton Sampaio
Facundo Tello (en)
Jesús Valenzuela (en)
Neuza Back
Juan Pablo Belatti
Diego Bonfá
Bruno Boschilia
Ezequiel Brailovsky
Gabriel Chade
Rodrigo Figueiredo
Tulio Moreno
Michael Orue
Bruno Pires
Jesús Sánchez
Danilo Simon
Martín Soppi
Nicolás Tarán
Jorge Urrego
Julio Bascuñán
Nicolás Gallo
Leodán González
Juan Soto
Mauro Vigliano
UEFA Stéphanie Frappart
István Kovács
Danny Makkelie
Szymon Marciniak
Antonio Mateu Lahoz
Michael Oliver
Daniele Orsato
Daniel Siebert
Anthony Taylor
Clément Turpin
Slavko Vinčić
Mihai Artene
Simon Bennett
Gary Beswick
Stuart Burt
Ciro Carbone
Pau Cebrian
Nicolas Danos
Jan de Vries
Roberto Diaz
Rafael Foltyn
Alessandro Giallatini
Cyril Gringore
Tomasz Klancnik
Andraz Kovacic
Tomasz Listkiewicz
Vasile Marinescu
Adam Nunn
Jan Seidel
Pawel Sokolnicki
Hessel Steegstra
Jérôme Brisard
Bastian Dankert
Ricardo de Burgos
Marco Fritz
Alejandro Hernández
Massimiliano Irrati
Tomasz Kwiatkowski
Juan Martínez Munuera
Benoît Millot
Paolo Valeri
Pol van Boekel

Salaire

Les arbitres centraux dans le mondial percevront la somme de 70 000 dollars (environ 68 000 euros) pour leur participation[65]. Les arbitres assistants et le 4e arbitre eux percevront de leur côté 25 000 dollars[65] (environ 24 500 euros) pour les matchs de poules et 5000 dollars pour les 8e de finale et plus[65].

Poste Salaire de base (€) Prix (en Euro) 2022[66] Prix (en Euro) 2018[67]
Poule 8e de finale et plus Poule 8e de finale et plus
Arbitre centrale 68 000 3 000 10 000 57 000 2 500
Arbitre assistant et 4e officiel 24 500 2 500 5 000 20 000 1 300
Arbitre VAR 3 000 5 000

Listes de joueurs

Le , la FIFA autorise les 32 sélections qualifiées, à faire appel à une liste de 26 joueurs, au lieu de 23 (en vigueur depuis la Coupe du monde 2002). L'instance dirigeante du football mondial, estime qu'il est « nécessaire d'offrir une plus grande flexibilité pour les effectifs [...] dans l'optique de faire face aux répercussions de la pandémie de Covid-19 et de la période inhabituelle au cours de laquelle la Coupe du monde 2022 aura lieu [novembre et décembre] »[68]. La liste doit être publiée pour le lundi 14 novembre 18 heures UTC. Un joueur de la liste qui se blesserait au point de ne pouvoir jouer aucun match peut encore être remplacé "au plus tard 24 heures avant le coup d'envoi du premier match de son équipe". La commission médicale de l'instance doit néanmoins confirmer "que la blessure ou la maladie est suffisamment grave pour empêcher le joueur" de participer au tournoi.

Équipes qualifiées

Les 32 équipes nationales qualifiées pour la phase finale par confédération et par expérience.
Carte Europe (UEFA)
13 places
Amérique du Sud (CONMEBOL)
4 places[a]
Afrique (CAF)
5 places
  • Équipes qualifiées pour la Coupe du monde 2022
  • Équipes non-qualifiées pour la Coupe du monde 2022
  • Équipes suspendues / Forfaits
  • Équipes non membres de la FIFA

Allemagne : 20e phase finale

Angleterre : 16e phase finale

Espagne : 16e phase finale

France T : 16e phase finale

Belgique : 14e phase finale

Suisse : 12e phase finale

Pays-Bas : 11e phase finale

Pologne : 9e phase finale

Portugal : 8e phase finale

Croatie : 6e phase finale

Danemark : 6e phase finale

Serbie : 3e phase finale[b]

Pays de Galles : 2e phase finale

Brésil : 22e phase finale

Argentine : 18e phase finale

Uruguay : 14e phase finale

Équateur : 4e phase finale

Cameroun : 8e phase finale

Maroc : 6e phase finale

Tunisie : 6e phase finale

Ghana : 4e phase finale

Sénégal : 3e phase finale

Océanie (OFC)
0 place
[c]
Amérique du Nord, Centrale et Caraïbes (CONCACAF)
4 places
[d]
Asie (AFC)
6 places
[e] (dont une au pays hôte)

Mexique : 17e phase finale

États-Unis : 11e phase finale

Costa Rica : 6e phase finale

Canada : 2e phase finale

Corée du Sud : 11e phase finale

Japon : 7e phase finale

Arabie saoudite : 6e phase finale

Australie : 6e phase finale

Iran : 6e phase finale

Qatar PO : 1re phase finale

Tirage au sort

Le tirage au sort a lieu le au Centre des expositions de Doha[69].

Les équipes sont réparties dans quatre chapeaux avec[70] :

  • le Qatar placé dans le premier chapeau ;
  • les trois équipes, qui se sont qualifiées après le tirage au sort (les deux vainqueurs des barrages intercontinentaux et le vainqueur d'un barrage de l'UEFA) placées en dernier dans le chapeau 4 ;
  • les autres équipes placées suivant leur classement FIFA du  : les 7 meilleurs dans le chapeau 1, les 8 suivants dans le chapeau 2, etc.

Le tirage au sort place les 32 participants dans 8 groupes de 4 équipes. Deux équipes d'une même confédération ne peuvent être dans le même groupe, à l'exception des équipes de l'UEFA, pour lesquelles il y a au moins une et pas plus de deux équipes par groupe. Cette répartition s'applique aussi aux 3 équipes non connues au moment du tirage[71].

Répartition des équipes avant le tirage au sort
Entre parenthèses, le classement FIFA au [72] utilisé pour constituer les chapeaux.
Chapeau 1 Chapeau 2 Chapeau 3 Chapeau 4
Qatar (pays hôte) (51)
Brésil (1)
Belgique (2)
France (3)
Argentine (4)
Angleterre (5)
Espagne (7)
Portugal (8)
Mexique (9)
Pays-Bas (10)
Danemark (11)
Allemagne (12)
Uruguay (13)
Suisse (14)
États-Unis (15)
Croatie (16)
Sénégal (20)
Iran (21)
Japon (23)
Maroc (24)
Serbie (25)
Pologne (26)
Corée du Sud (29)
Tunisie (35)
Cameroun (37)
Canada (38)
Équateur (46)
Arabie saoudite (49)
Ghana (60)
Barr. UEFA voie A
( Pays de Galles (18))
Barr. CONMEBOL-AFC
( Australie (42))
Barr. CONCACAF-OFC
( Costa Rica (31))
Composition des huit groupes pour le premier tour
Entre parenthèses, le classement FIFA au 6 octobre 2022[73] en vigueur à l’entame de la compétition.
Groupe A Groupe B Groupe C Groupe D
Qatar (50) Angleterre (5) Argentine (3) France (4)
Équateur (44) Iran (20) Arabie saoudite (51) Australie (38)
Sénégal (18) États-Unis (16) Mexique (13) Danemark (10)
Pays-Bas (8) Pays de Galles (19) Pologne (26) Tunisie (30)
Groupe E Groupe F Groupe G Groupe H
Espagne (7) Belgique (2) Brésil (1) Portugal (9)
Costa Rica (31) Canada (41) Serbie (21) Ghana (61)
Allemagne (11) Maroc (22) Suisse (15) Uruguay (14)
Japon (24) Croatie (12) Cameroun (43) Corée du Sud (28)

Déroulement de la phase finale

Le , la FIFA publie le calendrier de la compétition qui se déroule en seulement 28 jours (en programmant quatre matchs chaque jour de la phase de groupes). Le match d'ouverture avec l'équipe organisatrice du Qatar est prévu le au stade Al Bayt à Al-Khor tandis que la finale aura lieu le au Lusail Iconic Stadium de Doha. Les choix des stades et des heures des matchs en fonction des groupes ne sont pas totalement fixés afin de garder une flexibilité pour « optimiser la compétition pour les supporters, les équipes, les médias et l’audience mondiale »[74],[75].
C'est donc après le tirage au sort du que les matchs sont assignés aux différents stades, avec également certains changements d'horaires.

Premier tour

Les équipes sont réparties dans 8 groupes de 4 équipes au premier tour. Le format est celui d'un tournoi toutes rondes simple : chaque équipe joue un match contre toutes les autres équipes de son groupe.

Les deux premiers de chaque groupe sont qualifiés pour les huitièmes de finale.

Le système suivant d'attribution de points est appliqué :

3 points pour un match gagné, 1 point pour un match nul, 0 point pour un match perdu.

Dans un groupe, lorsque des équipes se retrouvent à égalité de points, elles sont classées et départagées suivant :

  1. La meilleure différence de buts ;
  2. Le plus grand nombre de buts marqués ;
  3. Le plus grand nombre de points obtenus dans les matchs entre les équipes concernées ;
  4. La meilleure différence de buts dans les matchs entre équipes concernées ;
  5. Le plus grand nombre de buts marqués dans les matchs entre équipes concernées ;
  6. Le plus petit nombre de points disciplinaires sur l'ensemble des matchs du groupe suivant le barème : 1 point pour un avertissement reçu par un joueur non suivi d'une expulsion, 3 pts pour le second avertissement dans un match reçu par le même joueur entraînant une expulsion, 4 pts pour une expulsion directe, 5 pts pour une expulsion directe d'un joueur déjà averti dans le match.

Si, à l'issue de la dernière journée, le départage des équipes à égalité dans un groupe est impossible suivant les critères ci-dessus et qu'une place qualificative ou le placement dans le tableau final est en jeu, alors un tirage au sort est effectué par la commission d'organisation de la FIFA.

Pour la suite de la compétition :

  • en huitièmes de finale, le premier d'un groupe affronte le deuxième du groupe voisin : 1er du groupe A contre 2e du groupe B, 1er du groupe B contre 2e du groupe A, idem entre les groupes C/D, E/F et G/H ;
  • le tableau de la phase à élimination directe est établi de sorte que deux équipes issues d'un même groupe ne peuvent s'affronter à nouveau avant la finale ou le match pour la 3e place.


Abréviations
  • Pts : nombre de points
  • J : nombre de matchs joués
  • G : nombre de matchs gagnés
  • N : nombre de matchs nuls
  • P : nombre de matchs perdus
  • BP : nombre de buts marqués (« buts “pour” »)
  • BC : nombre de buts encaissés (« buts “contre” »)
  • Diff : différence de buts (BP-BC)
  • Classement :
  • Équipe qualifiée
  • Équipe éliminée
  • Rencontre :
    • Équipe en caractère gras = équipe victorieuse
    • Équipe sans caractère gras = équipe non-victorieuse
Groupe A
Classement
  Équipe Pts J G N P BP BC Diff
1 Pays-Bas 7 3 2 1 0 5 1 +4
2 Sénégal 6 3 2 0 1 5 4 +1
3 Équateur 4 3 1 1 1 4 3 +1
4 Qatar 0 3 0 0 3 1 7 -6

1re journée


Match 1 (match d'ouverture) Qatar 0 - 2 Équateur Stade Al-Bayt, Al-Khor

19 h heure locale
(0 - 2) But inscrit après 16 minutes 16e (pén.) Valencia
But inscrit après 31 minutes 31e Valencia (Preciado Passe décisive)
Spectateurs : 67 372
Arbitrage : Daniele Orsato
Arbitre vidéo : Massimiliano Irrati
Rapport

Match 2 Sénégal 0 - 2 Pays-Bas Stade Al-Thumama, Doha

19 h heure locale
(0 - 0) But inscrit après 84 minutes 84e Gakpo (de Jong Passe décisive)
But inscrit après 90+9 minutes 90+9e Klaassen
Spectateurs : 41 721
Arbitrage : Wilton Sampaio
Arbitre vidéo : Juan Soto
Rapport

2e journée


Match 18 Qatar 1 - 3 Sénégal Stade Al-Thumama, Doha

16 h heure locale
(Passe décisive Mohammad) Muntari But inscrit après 78 minutes 78e (0 - 1) But inscrit après 41 minutes 41e Dia
But inscrit après 48 minutes 48e Diédhiou (Jakobs Passe décisive)
But inscrit après 84 minutes 84e Dieng (Ndiaye Passe décisive)
Spectateurs : 41 797
Arbitrage : Antonio Mateu Lahoz
Arbitre vidéo : Drew Fischer
Rapport

Match 19 Pays-Bas 1 - 1 Équateur Stade international de Khalifa, Doha

19 h heure locale
(Passe décisive Klaassen) Gakpo But inscrit après 6 minutes 6e (1 - 0) But inscrit après 49 minutes 49e Valencia Spectateurs : 44 833
Arbitrage : Mustapha Ghorbal
Arbitre vidéo : Shaun Evans
Rapport

3e journée


Match 36 Pays-Bas 2 - 0 Qatar Stade Al-Bayt, Al-Khor

18 h heure locale
(Passe décisive Klaassen) Gakpo But inscrit après 26 minutes 26e
de Jong But inscrit après 49 minutes 49e
(1 - 0) Spectateurs : 66 784
Arbitrage : Bakary Gassama
Arbitre vidéo : Rédouane Jiyed
Rapport

Match 35 Équateur 1 - 2 Sénégal Stade international de Khalifa, Doha

18 h heure locale
(Passe décisive Torres) Caicedo But inscrit après 67 minutes 67e (0 - 1) But inscrit après 44 minutes 44e (pén.) Sarr
But inscrit après 70 minutes 70e Koulibaly
Spectateurs : 44 569
Arbitrage : Clément Turpin
Arbitre vidéo : Jérôme Brisard
Rapport

Le Qatar et l'Équateur ouvrent la compétition le . Grâce à un doublé rapide de Valencia malgré un but refusé par la VAR, l'Équateur l'emporte sans forcer face au Qatar dont de nombreux supporters quittent la tribune dès la mi-temps (2-0)[76]. La presse étrangère se montre sévère avec le Qatar sur fond de polémiques liées à la climatisation et de critiques sur le niveau de la sélection[77],[78]. Dans l'autre rencontre, les Pays-Bas sont bousculés par un Sénégal convaincant mais qui perd Abdou Diallo et Cheikhou Kouyaté sur blessure ; ils font la différence par deux buts en fin de match (2-0)[79]. Lors de la 2e journée, Mohammed Muntari marque le premier but qatari de l'histoire de la Coupe du monde, tandis que Édouard Mendy porte un Sénégal en difficulté ; le Qatar s'incline dans son 2e match face au Sénégal en ayant montré un meilleur visage (1-3)[80]. De leur côté, les Équatoriens dominent les Néerlandais qui tiennent difficilement le match nul (1-1)[81].

Groupe B
Classement
  Équipe Pts J G N P BP BC Diff
1 Angleterre 7 3 2 1 0 9 2 +7
2 États-Unis 5 3 1 2 0 2 1 +1
3 Iran 3 3 1 0 2 4 7 -3
4 Pays de Galles 1 3 0 1 2 1 6 -5

1re journée


Match 3 Angleterre 6 - 2 Iran Stade international de Khalifa, Doha

16 h heure locale
(Passe décisive Shaw) Bellingham But inscrit après 35 minutes 35e
(Passe décisive Maguire) Saka But inscrit après 43 minutes 43e
(Passe décisive Kane) Sterling But inscrit après 45+1 minutes 45+1e
(Passe décisive Sterling) Saka But inscrit après 62 minutes 62e
(Passe décisive Kane) Rashford But inscrit après 71 minutes 71e
(Passe décisive Wilson) Grealish But inscrit après 90 minutes 90e
(3 - 0) But inscrit après 65 minutes 65e Taremi (Gholizadeh Passe décisive)
But inscrit après 90+13 minutes 90+13e (pén.) Taremi
Spectateurs : 45 334
Arbitrage : Raphael Claus
Arbitre vidéo : Leodán González
Rapport

Match 4 États-Unis 1 - 1 Pays de Galles Stade Ahmad-ben-Ali, Al Rayyan

22 h heure locale
(Passe décisive Pulisic) Weah But inscrit après 36 minutes 36e (1 - 0) But inscrit après 82 minutes 82e (pén.) Bale Spectateurs : 43 418
Arbitrage : Abdulrahman Al-Jassim
Arbitre vidéo : Abdulla Al-Marri
Rapport

2e journée


Match 17 Pays de Galles 0 - 2 Iran Stade Ahmad-ben-Ali, Al Rayyan

13 h heure locale
(0 - 0) But inscrit après 90+8 minutes 90+8e Cheshmi
But inscrit après 90+11 minutes 90+11e Rezaeian (Taremi Passe décisive)
Spectateurs : 40 875
Arbitrage : Mario Escobar
Arbitre vidéo : Drew Fischer
Rapport

Match 20 Angleterre 0 - 0 États-Unis Stade Al-Bayt, Al-Khor

22 h heure locale
(0 - 0) Spectateurs : 68 463
Arbitrage : Jesús Valenzuela
Arbitre vidéo : Juan Soto
Rapport

3e journée


Match 33 Pays de Galles 0 - 3 Angleterre Stade Ahmad-ben-Ali, Al Rayyan

22 h heure locale
(0 - 0) But inscrit après 50 minutes 50e Rashford
But inscrit après 51 minutes 51e Foden (Kane Passe décisive)
But inscrit après 68 minutes 68e Rashford (Phillips Passe décisive)
Spectateurs : 44 297
Arbitrage : Slavko Vinčić
Arbitre vidéo : Marco Fritz
Rapport

Match 34 Iran 0 - 1 États-Unis Stade Al-Thumama, Doha

22 h heure locale
(0 - 1) But inscrit après 38 minutes 38e Pulisic (Dest Passe décisive) Spectateurs : 42 127
Arbitrage : Antonio Mateu Lahoz
Arbitre vidéo : Juan Martínez Munuera
Rapport

La confrontation inédite entre l'Angleterre et l'Iran est marquée par le refus des joueurs iraniens de chanter l'hymne national en soutien au mouvement contestataire en réaction à la mort de Mahsa Amini ; il se conclut par une large victoire anglaise (6-2)[82] après 27 minutes de temps additionnel, soit le match le plus long de la Coupe du monde [83]. Dans l'autre rencontre, les États-Unis sont rattrapés sur le fil par un pays de Galles peu inspiré mais réactif (1-1)[84]. Lors de la 2e journée, les Iraniens, qui auraient chanté l'hymne national sous la menace[85], dominent les Gallois ; profitant de l'expulsion de Wayne Hennessey, ils l'emportent au bout du temps additionnel (2-0)[86]. 700 prisonniers retrouvent la liberté en Iran après la victoire de la Team Melli[87]. De son côté, une équipe d'Angleterre peu inspirée subit la domination d'une équipe des États-Unis bien organisée ; les deux équipes se séparent sur un match nul dans un match globalement fermé (0-0)[88].

Groupe C
Classement
  Équipe Pts J G N P BP BC Diff
1 Argentine 6 3 2 0 1 5 2 +3
2 Pologne 4 3 1 1 1 2 2 0
3 Mexique 4 3 1 1 1 2 3 -1
4 Arabie saoudite 3 3 1 0 2 3 5 -2

1re journée


Match 8 Argentine 1 - 2 Arabie saoudite Stade de Lusail, Lusail

13 h heure locale
Messi But inscrit après 10 minutes 10e (pén.) (1 - 0) But inscrit après 48 minutes 48e Al-Shehri (Al-Buraikan Passe décisive)
But inscrit après 53 minutes 53e Al-Dawsari
Spectateurs : 88 012
Arbitrage : Slavko Vinčić
Arbitre vidéo : Pol van Boekel
Rapport

Match 7 Mexique 0 - 0 Pologne Stade 974, Doha

19 h heure locale
(0 - 0) Spectateurs : 39 369
Arbitrage : Chris Beath
Arbitre vidéo : Shaun Evans
Rapport

2e journée


Match 22 Pologne 2 - 0 Arabie saoudite Stade Education City, Al Rayyan

16 h heure locale
(Passe décisive Lewandowski) Zieliński But inscrit après 39 minutes 39e
Lewandowski But inscrit après 82 minutes 82e
(1 - 0) Spectateurs : 44 259
Arbitrage : Wilton Sampaio
Arbitre vidéo : Drew Fischer
Rapport

Match 24 Argentine 2 - 0 Mexique Stade de Lusail, Lusail

22 h heure locale
(Passe décisive Di María) Messi But inscrit après 68 minutes 68e
(Passe décisive Messi) Fernández But inscrit après 87 minutes 87e
(0 - 0) Spectateurs : 88 966
Arbitrage : Daniele Orsato
Arbitre vidéo : Massimiliano Irrati
Rapport

3e journée


Match 39 Pologne 0- 2 Argentine Stade 974, Doha

22 h heure locale
(0 - 0) But inscrit après 46 minutes 46e Mac Allister (Molina Passe décisive)
But inscrit après 67 minutes 67e Álvarez (Fernández Passe décisive)
Spectateurs : 44 089
Arbitrage : Danny Makkelie
Arbitre vidéo : Pol van Boekel
Rapport

Match 40 Arabie saoudite 1 - 2 Mexique Stade de Lusail, Lusail

22 h heure locale
(Passe décisive Bahebri) Al-Dawsari But inscrit après 90+5 minutes 90+5e (0 - 0) But inscrit après 47 minutes 47e Martín (Montes Passe décisive)
But inscrit après 52 minutes 52e Chávez
Spectateurs : 84 985
Arbitrage : Michael Oliver
Arbitre vidéo : Massimiliano Irrati
Rapport

L'Arabie saoudite crée la sensation d'entrée en renversant l'Argentine (2-1). Malgré un penalty « généreux » de Lionel Messi, plusieurs buts refusés et la sortie sur blessure du capitaine Salman Al-Faraj, les Argentins encaissent deux buts en cinq minutes dès le début de la deuxième mi-temps[89]. L'autre match entre un Mexique peu précis et une Pologne peu ambitieuse dans le jeu est le premier d'une longue série de matchs sans but dans la compétition[90]. Robert Lewandowski se fait notamment repousser un penalty par Guillermo Ochoa (0-0)[91]. Lors de la deuxième journée, une Arabie saoudite séduisante domine mais s'incline face à la Pologne qui a donné plus de poids à son attaque (2-0)[92]. Dos au mur, l'Argentine se relance face au Mexique en alignant un dispositif adapté (2-0)[93]. Lionel Messi porte son équipe dans la dernière demi-heure de jeu après 60 minutes sans convaincre de l'Albiceleste[93].

Groupe D
Classement
  Équipe Pts J G N P BP BC Diff
1 France 6 3 2 0 1 6 3 +3
2 Australie 6 3 2 0 1 3 4 -1
3 Tunisie 4 3 1 1 1 1 1 0
4 Danemark 1 3 0 1 2 1 3 -2

1re journée


Match 6 Danemark 0 - 0 Tunisie Stade Education City, Al Rayyan

16 h heure locale
(0 - 0) Spectateurs : 42 925
Arbitrage : César Arturo Ramos
Arbitre vidéo : Fernando Guerrero
Rapport

Match 5 France 4 - 1 Australie Stade Al-Janoub, Al Wakrah

22 h heure locale
(Passe décisive T. Hernandez) Rabiot But inscrit après 27 minutes 27e
(Passe décisive Rabiot) Giroud But inscrit après 32 minutes 32e
(Passe décisive Dembélé) Mbappé But inscrit après 68 minutes 68e
(Passe décisive Mbappé) Giroud But inscrit après 71 minutes 71e
(2 - 1) But inscrit après 9 minutes 9e Goodwin (Leckie Passe décisive) Spectateurs : 40 875
Arbitrage : Victor Gomes
Arbitre vidéo : Drew Fischer
Rapport

2e journée


Match 21 Tunisie 0 - 1 Australie Stade Al-Janoub, Al Wakrah

13 h heure locale
(0 - 1) But inscrit après 23 minutes 23e Duke Spectateurs : 41 823
Arbitrage : Daniel Siebert
Arbitre vidéo : Bastian Dankert
Rapport

Match 23 France 2 - 1 Danemark Stade 974, Doha

19 h heure locale
(Passe décisive T. Hernandez) Mbappé But inscrit après 61 minutes 61e
(Passe décisive Griezmann) Mbappé But inscrit après 86 minutes 86e
(0 - 0) But inscrit après 68 minutes 68e Christensen (Andersen Passe décisive) Spectateurs : 42 860
Arbitrage : Szymon Marciniak
Arbitre vidéo : Tomasz Kwiatkowski
Rapport

3e journée


Match 37 Australie 1 - 0 Danemark Stade Al-Janoub, Al Wakrah

18 h heure locale
(Passe décisive McGree) Leckie But inscrit après 60 minutes 60e (0 - 0) Spectateurs : 41 232
Arbitrage : Mustapha Ghorbal
Arbitre vidéo : Mauro Vigliano
Rapport

Match 38 Tunisie 1 - 0 France Stade Education City, Al Rayyan

18 h heure locale
(Passe décisive Laïdouni) Khazri But inscrit après 58 minutes 58e (0 - 0) Spectateurs : 43 627
Arbitrage : Matthew Conger
Arbitre vidéo : Abdulla Al-Marri
Rapport

La Tunisie tient tête au Danemark, le match se terminant sur un score nul et vierge. La France signe de son côté une belle victoire face à l'Australie. Cette dernière se relance ensuite dans la course à la qualification en s'imposant contre la Tunisie. En battant des Danois timorés, les Français sont les premiers à valider leur ticket pour les huitièmes de finale après seulement deux matchs.

Groupe E
Classement
  Équipe Pts J G N P BP BC Diff
1 Espagne 4 2 1 1 0 8 1 +7
2 Japon 3 2 1 0 1 2 2 0
3 Costa Rica 3 2 1 0 1 1 7 -6
4 Allemagne 1 2 0 1 1 2 3 -1

1re journée


Match 11 Allemagne 1 - 2 Japon Stade international de Khalifa, Doha

16 h heure locale
Gündoğan But inscrit après 33 minutes 33e (pén.) (1 - 0) But inscrit après 75 minutes 75e Doan
But inscrit après 83 minutes 83e Asano (Itakura Passe décisive)
Spectateurs : 42 608
Arbitrage :